mercredi 05 octobre 2022Covid-19: 3419 cas, 2544 guéris, 121 décès.
Shadow
               
                   

Dans leur message pour Noël 2021, les évêques du Tchad émettent des réserves sur le dialogue national

Les évêques catholiques du Tchad ont estimé, dans leur traditionnel message de Noël, que les conditions pour la réussite du « dialogue national inclusif » lancé par les autorités de la transition n’étaient pas réunies. L’avis de l’épiscopat est partagé par une grande partie de l’opinion.

« Toutes les conditions pour un dialogue crédible et sincère ne sont pas réunies », estime la conférence des évêques du Tchad, dans son message de Noël, publié le 10 décembre. Alors que selon l’épiscopat, le processus du dialogue national inclusif constitue aux yeux de beaucoup de Tchadiens un grand espoir pour assurer une paix durable dans le pays, « dans sa forme comme dans son contenu, ce dialogue dit « inclusif » semble être loin de recueillir l’unanimité de tous les Tchadiens. »

Lancé quelques semaines après sa prise de pouvoir en avril par le président du Conseil Militaire de Transition, le général Mahamat Idriss Déby, ce dialogue national avait pour but de trouver avec tous les citoyens, des solutions pérennes aux problèmes qui minent l’évolution de leur pays.

Mais la désignation de ses membres, samedi 15 août, pose problème aux yeux de l’épiscopat. « La Charte de transition élaborée de manière unilatérale et opaque par le Conseil militaire de transition (CMT), la désignation non consensuelle des membres du Comité d’organisation du dialogue national inclusif (CODNI), la cooptation des membres du Conseil national de transition (CNT) par décret et l’organisation des pré-dialogues dans des conditions confuses sont autant des signes visibles de la volonté d’un groupe qui veut imposer à tout prix sa vision politique au reste des Tchadiens. », expliquent les évêques.

Les réserves émises par l’épiscopat tchadien sur la conduite de ce dialogue national, sont partagées par une grande partie de l’opinion tchadienne dont des membres de la société civile et de l’opposition. Samedi 11 décembre, la plateforme citoyenne Wakit tama (opposition et société civile) a organisé une marche pacifique pour réclamer l’inclusion de toutes les forces vives du pays dans le processus de dialogue national.

Organiser des prières

Conscients de l’importance de la réussite de ce processus pour le Tchad, les évêques invitent tous les guides religieux à continuer de prier et à faire prier leurs fidèles pour soutenir toutes les personnes de bonne volonté qui œuvrent en faveur de préparation du dialogue national. « Pour cela, nous proposons qu’une prière soit organisée dans nos différents lieux de culte à la veille dudit dialogue afin d’implorer la miséricorde de Dieu pour sa réussite. »

La mauvaise qualité du système éducatif tchadien, le chômage des jeunes diplômés, et la complexité des conflits intercommunautaires, surtout les conflits agriculteurs et éleveurs, ont été également abordés par les évêques dans leur message.

Mais face à toutes ces difficultés, la Conférence des évêques catholiques du Tchad pense qu’il y a des raisons d’espérer en un avenir meilleur pour le pays. C’est le sens de ce message de Noël, à travers lequel elle veut exprimer son « ferme engagement à contribuer aux instances de restauration du tissu social », et invite avec elle « tous les croyants, hommes et femmes de bonne volonté à construire ensemble un Tchad laïc qui repose sur la justice, la liberté, la vérité et l’amour. »

Lire la suite sur africa.la-croix.com

Merci de partager cet article...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.