Coup de théâtre dans la lutte antiterroriste: le Président Idriss Déby met fin à l’engagement militaire du Tchad au Sahel et dans la Force Multinationale Mixte de la CBLT

/4 685 vues

L’armée tchadienne, engagée dans la lutte anti terroriste au Sahel et autour du Lac Tchad, va cesser de participer à des opérations militaires en dehors de ses frontières, a déclaré le Président Idriss Déby dans un reportage diffusé vendredi par la télévision nationale.

«Nos soldats sont morts pour le lac Tchad et pour le Sahel. A compter d’aujourd’hui, aucun soldat tchadien ne participera à une opération militaire en dehors du Tchad», a-t-il déclaré jeudi lors d’une rencontre au Lac avec les chefs militaires ayant conduit l’opération « Colère de Bohoma », avant de regagner N’Djamena. 

« Nous nous sommes battus seuls, aux confins du Lac-Tchad sans l’apport des pays qui sont sensés nous aider. Les soldats tchadiens sont morts pour la cause des pays membres de la CBLT et du Sahel », a dit Idriss Déby, précisant que sa mission dans le Lac est « arrivée à son terme ».

Le Président tchadien s’est exprimé depuis Baga Sola dans le Lac, où il avait installé dix jours plus tôt le poste de commandement de l’opération « Colère de Bohoma » contre les « illuminés » de Boko Haram dans le Lac.

Le Tchad a éliminé plus d’un millier de terroristes, l’armée déplore la perte de 52 soldats, tandis que 183 sont blessés, a appris le journal Alwhida Info.

Il faut noter que c’est essentiellement le bataillon tchadien de 500 hommes, initialement prévu pour être déployé fin mars dans la zone des trois frontières (Niger-Mali-Burkina), qui a combattu contre les terroristes de Boko Haram lors de l’opération « Colère de Bohoma ». Il faut aussi rappeler c’est la France qui avait sollicité l’appui du Tchad pour ramener le calme dans cette zone des trois frontières régulièrement attaquée par des Groupes armés terroristes (GAT).

Un délai aux pays voisins

Le Niger et le Nigeria ont jusqu’au 24 avril prochain pour réoccuper leurs territoires libérés par l’armée tchadienne. Passé ce délai, le Tchad quittera ces zones pour revenir sécuriser uniquement ses limites territoriales. 

L’armée tchadienne, considérée comme l’une des plus efficaces dans la région, intervient dans la zone du lac Tchad avec la Force multinationale mixte (FMM), lancée en 2015 avec trois autres pays riverains (Nigeria, Cameroun et Niger) pour lutter contre Boko Haram.

Elle opère aussi au sein de l’alliance régionale du G5 Sahel contre les terroristes qui frappent le Mali, le Niger et le Burkina Faso. Elle est à ce titre un allié clé de l’opération française Barkhane.

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.