Accueil > À la Une > Au Tchad, les partis politiques et les syndicats vent debout contre la hausse des prix des carburants et la baisse annoncée des salaires
2 595 vues

Au Tchad, les partis politiques et les syndicats vent debout contre la hausse des prix des carburants et la baisse annoncée des salaires

(N’Djaména, 9 janvier 2018) – Au Tchad, la décision du gouvernement d’augmenter le prix des carburants et de réduire les salaires des fonctionnaires fait réagir la classe politique. Dimanche 7 janvier, quatre regroupements de partis politiques ont publié une déclaration pour désapprouver ces décisions et appeler le gouvernement tchadien à la raison.

Le CCPPOD (Cadre de concertation des partis politiques de l’opposition démocratique), la COPRAT (Coalition de l’opposition politique pour le redressement et l’alternance au Tchad), l’ADO et le CPMO, quatre groupements de petits partis politiques sont mécontents. Mécontents, parce que ces derniers jours on a appris que le prix du carburant à la pompe a augmenté, alors qu’on annonce des discussions avec les syndicats pour baisser les salaires des travailleurs de la fonction publique.

« Il faut arrêter tout ça », demande le député Djimet Clément Bagaou, un des chefs de parti, signataire de la déclaration : « En tant que leaders politiques, nous ne pouvons garder le silence. Ce que nous demandons, c’est que ces mesures soient levées et qu’on rétablisse le salaire des fonctionnaires. Qu’ils reviennent sur les mesures pour permettre au peuple tchadien, au moins, d’avoir accès au carburant. Parce que sans le carburant il n’y a pas d’énergie !».

Jeudi dernier, les automobilistes et motocyclistes ont découvert avec surprise une augmentation du prix du carburant. Une mesure qui a fait réagir vivement.

Le gouvernement a présenté au cours d’une rencontre tenue ce lundi 8 janvier 2018 à la CNPS (Caisse Nationale de la Prévoyance Sociale) deux nouvelles propositions aux centrales syndicales. Mais,
les syndicats refusent l’abattement de salaires, quelle que soit la forme.

Pour Barka Michel, porte-parole de la plateforme syndicale, « la plateforme n’est pas d’accord que le salaire subisse un abattement, mais aucune discussion n’a été lancée au cours de la rencontre de ce 8 janvier 2018. La plateforme pensait que le gouvernement allait faire une autre proposition pour dire que je laisse tomber l’abattement de salaire. Nous ne sommes pas d’accord du principe d’abattement même si c’est 1%. Pour nous, le gouvernement n’a rien proposé de concret. S’il qualifie de concret les propositions de ce matin, je vous dit que nous n’avons pas voulu regarder simplement parce que nous ne sommes même pas d’accord de discuter sur ce qu’il a proposé. Pas d’abattement, on a d’autres possibilités. Il y a des gens qui se sucrent sur l’argent des cartes d’identité, passeports, que sait-je encore, au niveau de la douane vous savez comment les gens s’amusent avec l’argent, les impôts et tout. Pourquoi voulez-vous qu’on fasse des abattements de salaires ? ».

Le syndicat national des associations des transporteurs du Tchad (SYNAT) a réuni ce lundi matin toutes les associations et coopératives de transport pour échanger sur l’augmentation du prix du carburant. Après deux heures d’échanges, les patrons des associations, coopératives des transports communs, urbains et interurbain du Tchad décident de lancer un préavis de grève de trois jours à compter de ce lundi 8 janvier 2018.

TchadConvergence avec RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.