Accueil > À la Une > Au Tchad, le ministre de la Sécurité publique ordonne des opérations aériennes et terrestres pour « nettoyer » les zones de Miski et Kouri Bougoudi
2 356 vues

Au Tchad, le ministre de la Sécurité publique ordonne des opérations aériennes et terrestres pour « nettoyer » les zones de Miski et Kouri Bougoudi

Le ministre de l’Administration du territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale, Ahmat Mahamat Bachir, a annoncé ce mercredi à la télé, en présence du ministre chargé de la Défense nationale et des anciens combattants, Bichara Issa Djadallah, le déclenchement d’opérations terrestres et aériennes dans les localités de Miski et de Kouri Bougoudi, suite à l’expiration du délai de 24 heures donné aux orpailleurs pour quitter ces zones.

« Nos forces de défense et de sécurité, sous contrôle du ministre de la Défense, sont instruites pour déclencher les opérations terre et air (…) pour détruire tous les gros engins et toutes les citernes à eau présents dans la localité », a déclaré le ministre de la Sécurité publique qui a relevé qu’aucun orpailleur n’avait « bougé d’un iota » à la suite de l’ultimatum des autorités.

Le 12 août, le ministre Ahamat bachir avait déjà ordonné l’évacuation de la zone de Kouri Bougoudi, dans la région du Tibesti, où des rebelles venus de la Libye avaient attaqué, la veille, deux postes avancés de l’armée tchadienne.

Deux jours après, il a intimé l’ordre à tous les orpailleurs de Miski, dans la région voisine du Yebbibou, de quitter les lieux sous vingt quatre heures.

« Le délai est passé et aucun orpailleur n’a daigné bouger d’un iota, comme si l’État n’existait pas. Nous passons à la vitesse supérieure », avait menacé Ahmat Bachir à la télévision tchadienne.

« Les forces de défense et de sécurité ont l’ordre de bruler tous les magasins gardant les matériels d’orpaillage et autres matériels, jusqu’à ce qu’il n’y ait personne dans les zones de Miski et de Kouri Bougoudi », a-t-il précisé.

« Ce sont des ordres et ces ordres ne doivent souffrir d’aucun manquement », a conclu le ministre de la Sécurité publique du Tchad.

Des rumeurs persistantes circulent sur Facebook et Whatsapp faisant état de bombardements aériens à Miski. Plusieurs personnes âgées qui habitent dans la région de Yebbibou ont déploré la mort de leurs dromadaires et de chèvres au cours de ces bombardements.

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.