Tchad: démonstration de force de Succès Masra et ses « Transformateurs » à N’Djaména

/2 798 vues

Très actif sur les réseaux sociaux et dans les médias occidentaux, l’ancien économiste tchadien de la Banque africaine de développement (BAD), Succès Masra a décidé de lancer ce samedi 1er juin à la Maison de la Femme son mouvement politique « Les Transformateurs » malgré le rejet du dossier de sa légalisation par le ministre de l’Administration du Territoire, de la Sécurité publique et de la gouvernance locale.

Après avoir tenté quelques coups d’éclat avec des jeunes étudiants tchadiens au Cameroun qui lui ont coûté quelques heures de garde à vue dans les commissariats de Paul Biya, Succès Masra a décidé de faire un « show of force » au Tchad, propriété privée du dictateur Idriss Déby et ses proches depuis trois décennies.

En effet, « Les Transformateurs » ont prévu de faire ce samedi 1er juin une communication « de haute importance » à la Maison de la Femme de N’Djaména, selon l’invitation envoyée aux médias. D’après ses militants, Succès Masra voulait tout simplement annoncer ce samedi 1er juin « l’officialisation de son mouvement en tant que parti politique au Tchad» en dépit du rejet du dossier par la dictature tchadienne.

C’est l’article 15 de l’ordonnance 20/PR/18 du 07 juin 2018 portant charte des partis politiques qui a permis à Dr Succès Masra de jouer le Droit et la Justice au pays conquis par Idriss Déby en 1990 par les armes.

Selon le site Tchadinfos, plusieurs centaines de partisans du mouvement « Les transformateurs » sont venus sur les lieux dès 8 heures du matin, ainsi que des officiels étrangers comme Katrin Ebeling, chargée d’affaires à l’ambassade d’Allemagne au Tchad. Mais très vite, la police a quadrillé la zone interdisant à Succès Masra l’accès à la Maison de la Femme.

Hymne national entonné par ses partisans réunis en nombre et drapeaux flottants, le leader de « Les Transformateurs » a profité de l’occasion pour organiser un petit meeting dans la rue. Plusieurs centaines de personnes présentes ont finalement manifesté dans toute la ville avant d’être dispersées par des tirs de gaz lacrymogène. Mais sur ce terrain, Idriss Déby et ses sbires sont maîtres de la situation. Le porte-parole de la police nationale avait même déclaré que « le parti n’est pas reconnu officiellement » et donc il s’agit « d’un trouble à l’ordre public ».

Succès Masra est-il tombé dans le piège du régime tchadien ?

« Nous aimons le Tchad, ceux qui veulent vous cloisonner, ce sont ceux qui n’ont pas de résultats. C’est une situation anormale, mais qui ne va plus durer. Ce pays est le notre, et nous allons ensemble transformer le pays », c’est par ces mots que Succès Masra a réagi ce samedi à l’interdiction de la tenue de sa conférence de presse pour présenter le parti « Les Transformateurs » à la Maison de la Femme. Hymne national entonné, partisans réunis en nombre et drapeaux flottants, le leader des « Transformateurs » était bien entouré pour l’occasion, dans une ambiance de meeting de campagne. Plusieurs centaines de personnes présentes ont finalement défilé dans toute la ville avant d’être dispersées par des tirs de gaz lacrymogène. Cette situation conforte le régime, le porte-parole de la police nationale a déclaré que « le parti n’est pas reconnu officiellement » et donc il s’agit « d’un trouble à l’ordre public ».

Le jeune Succès Masra doit comprendre que les ressortissants du Borkou-Ennedi-Tibest (B.E.T) aiment aussi leur pays, mais pourtant n’ont pas le droit sous le règne d’Idriss Déby de créer un parti politique. La seule personne qui a tenté d’évoluer dans un mouvement autre que le MPS, n’est plus de ce monde. C’est Idriss Déby qui impose cette situation aux ressortissants de trois provinces du nord du Tchad.

Maintenant, de deux choses, l’une

Soit le leader de « Les Transformateurs » va continuer dans cette voie pour réclamer la légalisation de son mouvement dans un rapport de force avec « l’homme qui n’est pas arrivé au pouvoir par un vol d’Air Afrique », et il va, dans ce cas, affronter les GMIP, les Gardes nomades, … et fréquenter de plus en plus les Commissariats de Sécurité Publique (CSP) de N’Djaména, la sinistre prison d’Am-Sinéné, voire le bagne de Koro-Toro et ceci quels que soient les lobbies occidentaux qui le soutiennent. Réprimer est la seule chose que le tyran tchadien et ses sbires savent faire contre la constitution du Tchad et les droits des citoyens.

Soit Succès Masra revient pour faire profil bas comme tous les autres politicards à N’Djaména après cette première sortie médiatique et continuer son activité sur les réseaux sociaux et dans les médias occidentaux. Dans ce cas, s’il est opportuniste, il a toutes ses chances d’être appelé par Déby lors de ses prochaines manœuvres pour diviser l’opposition politique. Et s’il n’est pas opportuniste, il pourra tenter sa chance en se pointant lorsque les maîtres de Déby auront décidé de le virer pacifiquement. Mais, dans ce cas, il va falloir composer avec tous les loups qui guettent depuis un bon moment.

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.