Tchad: 35 millions de FCFA dérobés lors d’un mystérieux braquage du trésor public de Faya-Largeau, où la tension est montée d’un cran

La trésorerie de Faya-Largeau, chef-lieu de la province de Borkou, à plus de 900 kilomètres au nord de N’Djaména a été braquée dans la nuit de lundi à mardi, a annoncé mardi le chef du trésor public de ladite localité.

Les malfaiteurs armés et habillés en treillis militaire, à bord d’un véhicule pick-up, ont fait irruption dans la nuit du lundi 17 au mardi 18 décembre 2018 aux environs de 1 heures du matin, à la trésorerie provinciale de Faya Largeau. Ils ont emporté le coffre-fort contenant une somme de 35 millions de Francs CFA après avoir ligoté le gardien.

Les braqueurs ont réussi à disparaître dans la nature sans laisser de traces dans une localité, où il y a un dispositif militaire très important qui supervise les opérations dans la région du Tibesti en proie à un conflit militaire impliquant l’armée du régime tchadien et un comité d’auto-défense de la localité de Miski.

Selon le trésorier public qui a requis l’anonymat, mais en déplacement dans la capitale tchadienne, le montant qu’il a laissé dans la caisse braquée par de ces malfrats est de 35 millions f cfa.

Intervenant dans les médias d’État, le vigile en poste cette nuit, a déclaré qu’ils sont cinq braqueurs vêtus tous d’uniforme militaire. « Ils sont arrivés à bord d’une voiture Toyota tout terrain. Ils ont garé le véhicule militaire à environ 100 mètres de la trésorerie avant de faire irruption au sein du bureau du trésorier et du fondé. Ils ont emporté le coffre fort du fondé et la caisse du trésorier », décrit le vigile.

Après une descente à la trésorerie braquée, le gouverneur de la province du Borkou, Daoud Hamad a instruit les forces de l’ordre à renforcer la sécurité. Le procureur de Faya-Largeau, Idriss Ibet Ibrahim a décidé d’ouvrir une enquête.

Ces derniers temps, la contestation des autorités provinciales s’est répandue comme une trainée de poudre. Elles sont accusées par une bonne partie des jeunes de la ville d’être à l’origine de l’insécurité galopante dans la capitale du Borkou et de contribuer sciemment par des mesures arbitraires à la montée des prix des denrées de première nécessité.

Plusieurs leaders de jeunes ont été arrêtés par les autorités ces trois derniers jours. Ils sont accusés de vouloir organiser une marche pacifique pour exiger le départ du gouverneur de la province du Borkou, Daoud Hamad. Il y a quelques mois, une grande marche pacifique avait eu lieu dans les principales artères de Faya-Largeau pour demander le départ du gouverneur.

TchadConvergence avec Alwihdainfo et Apanews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.