Accueil > À la Une > A la veille de l’adoption de la nouvelle constitution au Tchad: le Président Idriss Déby instruit les gouverneurs
2 183 vues

A la veille de l’adoption de la nouvelle constitution au Tchad: le Président Idriss Déby instruit les gouverneurs

Le Président Idriss Déby vient de regagner N’Djaména après une tournée à Abéché et Ati respectivement dans les chefs-lieux des régions du Ouaddaï et Batha.

Hier à Ati, une étape de sa tournée, le Président Idriss Déby a réuni neuf gouverneurs des régions. Il s’agit de :

Ngarboudjim Medeur Jacob de l’Ennedi Ouest;
Mahamat Abba Ali Sallah du Lac;
Abadi Sayir Fadoul du Kanem;
Mahamat Ali Hassaballah du Guéra;
Dr Aboubakar Djibril Aboubakar de Hadjer-Lamis;
Alio Adoum Abdoulaye du Batha;
Tahir Barkaï du Bahr El-Ghazel;
Bortchogué Ouédou du Chari-Baguirmi;
Et Daoud Hamad Béchir du Borkou.

Égal à lui-même, le despote tchadien a délivré son message de fermeté aux chefs des régions précitées. « Le Tchad amorce sa ligne droite vers la 4ème République. Toutes les pratiques administratives anachroniques et moyenâgeuses doivent être abandonnées dès le franchissement de la ligne d’arrivée », annonce le Général Idriss Déby à ses gouverneurs qui sont pour la plupart des généraux aussi. « La 4ème République sera l’incarnation du renouveau, de l’orthodoxie administrative et financière. Tout personne qui ne change pas de comportement ou feigne d’ignorer les lois de la République me trouvera au travers de son chemin » , prévient l’homme qui a tout détruit au Tchad.

« Prenez vos responsabilités. L’administration est impersonnelle. Frapper les indélicats sans état d’âme »,  poursuit le Sultan du Dar-Bilia. L’homme qui tient le Tchad d’une main de fer depuis 28 ans veut faire comprendre à ses représentants qu’avec le passage en force de la nouvelle constitution, s’il y aura des contestations, ils ont le plein pouvoir pour réprimer.

Idriss Déby annonce aussi que bientôt les postes de sous-préfets et commandant de brigade seront supprimés et leurs prérogatives échoiront aux chefs traditionnels. Autrement dit, les gouverneurs peuvent désormais jouer au petits dictateurs locaux.

TchadConvergence avec DGCOM du Palais rose

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.