Tchad: l’hélicoptère de l’armée, porté disparu depuis plusieurs jours, s’est-il crashé dans le désert du Djourab ?

/3 927 vues

Selon des sources militaires, l’hélicoptère MI-24 de l’armée tchadienne parti mercredi 13 mars de N’Djamena vers Faya-Largeau, dans le nord du pays, s’est écrasé dans le désert du Djourab avec 17 militaires à son bord dont plusieurs officiers.

Des recherches étaient en cours jeudi et vendredi pour retrouver un hélicoptère de l’armée tchadienne parti mercredi de la capitale N’Djamena vers Faya-Largeau, dans le nord du pays, mais qui n’est pas arrivé à destination, a-t-on appris ce vendredi de sources concordantes.

Aucune précision sur le nombre de personnes à bord n’a été donnée. 

Les opérations de recherches tchadiennes ont été épaulées par des Mirage 2000 de l’armée française, déployés dans le pays dans le cadre de l’opération Barkhane, selon RFI. Ces avions sont équipés de caméras à large vision et permettent de repérer de petites cibles sur des terrains plats comme le désert Tchadien.

Deux hypothèses étudiées par les enquêteurs

Pour les responsables de la recherche, soit l’aéronef a connu une panne et s’est écrasé avant d’être recouvert par une tempête de sable. Soit l’équipage, confronté au vent de sable, a dû se poser en urgence quelque part dans le désert et attend d’être récupéré.

Sur les réseaux sociaux (WhatsApp), des sources militaires ont cité plusieurs noms de hauts gradés de l’armée tchadienne qui seraient victimes du crash de l’hélicoptère et des condoléances ont été présentées aux familles. Mais, pour le moment, l’armée et le gouvernement gardent le silence.

En décembre 2005, un hélicoptère de l’armée s’était écrasé à Adré, dans l’est du pays. Depuis plusieurs mois, l’armée est déployée dans l’extrême-nord du Tchad, dans le Tibesti, théâtre d’affrontements récurrents entre des orpailleurs et l’armée. Des hélicoptères Mi-17 de l’armée ont été utilisés lors de ces affrontements, à Miski notamment.

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.