mardi 17 mai 2022Covid-19: 3419 cas, 2544 guéris, 121 décès.
Shadow
               
                   

Tchad: le groupe politico-militaire FNDJT se déchire à son tour à Doha

En pleines négociations avec la junte militaire à Doha au Qatar, le groupe rebelle Front de la Nation pour la Démocratie et la Justice au Tchad (FNDJT) remanie son bureau en limogeant son chef de délégation à Doha, M. Abdallah Chidi Djorkodeï.

Réuni en session extraordinaire le 9 mai 2022, le bureau exécutif du Front de la Nation pour la Démocratie et la Justice au Tchad a remanié son bureau exécutif, selon un communiqué signé par Adoum Tchamaymi, coordinateur du FNDJT et publié sur les réseaux sociaux.

Décision importante : M. Abdallah Chidi Djorkodeï est écarté et suspendu du bureau exécutif. Ce dernier est remplacé aux relations extérieures par Youssouf Tolly qui devient aussi coordinateur adjoint du FNDJT. « Les tentatives de récupération des opposants les plus fragiles par des espèces sonnantes et trébuchantes, n’honorent ni ne facilitent l’aboutissement à un accord de paix durable », indique le communiqué du nouveau bureau exécutif du FNDJT.

Après l’éviction, il y a quelques semaines, de Gassim Chérif, Chef de la délégation du CCMSR par la direction de son mouvement, c’est au tour du FNDJT de retirer sa confiance au Chef de sa délégation à Doha qui participe aux négociations entre la junte militaire au pouvoir au Tchad et les groupes politico-militaires. C’est une nouvelle délégation qui est mise en place et qui sera désormais dirigée par le coordinateur national du FNDJT, Adoum Tchamaymi.

Ce mardi 10 mai, un autre communiqué de presse signé, cette fois-ci, par Abdallah Chidi Djorkodeï, apporte un « démenti formel sur un prétendu remaniement de son bureau » et dénonce une « manœuvre de déstabilisation ». Aucun réaménagement, je représente encore le FNDJT au pré-dialogue de Doha, précise Abdallah Chidi Djorkodeï dans son communiqué. « Ceux qui n’ont jamais eu le courage d’assumer leurs responsabilités politiques et militaires devant les hommes et le peuple, ne peuvent constituer et ne seront jamais un obstacle dans la bonne marche du mouvement », lit-on dans le communiqué.

Sur sa page Facebook, l’activiste Abdallah Chidi Djorkodeï pointe du doigt Abakar Tollimi et l’accuse de chercher à « imposer son petit frère Youssouf Tolly à la tête du FNDJT ». « En forçant être aussi le président du mouvement politico-militaire FNDJT, Abakar Tollimi tombe dans ses propres pièges », écrit-il sur Facebook.

Merci de partager cet article...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.