vendredi 04 décembre 2020Covid-19: 1682 cas, 1515 guéris, 101 décès.
Shadow
               
                   

Les pays de la Cédéao, le Tchad et la Mauritanie s’inquiètent de leur croissance démographique

Le 19 Novembre 2016, le Conseil Supérieur des Affaires Islamiques du Tchad a décerné un certificat de reconnaissance à l’UNFPA (Fonds des Nations Unies pour la population). C’est à l’occasion de la Journée d’information et de Sensibilisation organisée à l’intention de près de 500 prédicatrices musulmanes sur le thème: Islam et Planification Familiale.

Au Burkina Faso, les parlementaires de la sous-région ouest-africaine, de la Mauritanie et du Tchad viennent de s’engager à œuvrer à la réduction du taux de natalité dans leurs pays. Face à une croissance démographique qui est l’une des plus élevées au monde, avec 6 enfants par femme en moyenne, la zone Cédéao fait face à de nombreux défis qui font dire à certains parlementaires que la croissance démographique constitue une « bombe » à retardement si rien n’est fait pour la freiner. Ils se sont donc engagés à encourager leurs Etats travailler à ramener à trois le nombre d’enfants par femme d’ici à 2030 et à augmenter à 2% par an le budget consacré à la santé.

Au cours de la réunion de Ouagadougou, les parlementaires ont sonné l’alarme sur le non-respect de l’engagement d’Abuja, qui exigeait des États africains d’accorder au moins 15% de leur budget à la santé.

« Les taux les plus élevés tournent autour de 12% au niveau du Burkina Faso. Avec 4% du budget consacré à la santé, on ne peut pas faire de la santé. Il faut absolument changer », insiste Xavier Crespin, le directeur général de l’Organisation ouest-africaine de la santé.

Les parlementaires de Cédéao, du Tchad et de la Mauritanie décident donc de veiller à une augmentation de 2% par an du budget réservé au financement de la santé.

Salifou Diallo, président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso : « Les parlementaires ont convenu que les différents Parlements devraient veiller à ce que, dans tous les budgets, il y ait un accroissement annuel de 2% du budget de la santé. Deuxième point extrêmement important, les parlementaires de la Cédéao, du Tchad, de la Mauritanie ont convenu que d’ici 2030, nos Parlements devraient inciter nos gouvernements à mettre en place des politiques pour que chaque femme ait, au plus, trois enfants. »

Au-delà du financement de la santé, Marcel de Souza, le président de la commission de la Cédéao exhorte les dirigeants africains à la mise en place d’infrastructures de loisirs. « Lorsqu’il n’y a pas de politique de loisir, il faut occuper les hommes. Sinon ils n’ont que leurs femmes et ça crée des dégâts. »

Une croissance démographique non maîtrisée pourrait constituer une bombe à retardement pour les Etats africains, a martelé Salifou Diallo.

Source: RFI

Merci de partager cet article...
  • 23
    Partages

1 Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.