«

»

Déc 03

La liberté d’expression encore bafouée au Tchad: quand le pouvoir cherche à faire taire même ses ambassadeurs

3 560 vues

cherif-mahamat-zeneAprès les affrontements communautaires survenus il y a quelques jours dans le quartier N’Gueli à N’Djaména, l’ambassadeur Chérif Mahamat Zene s’est exprimé sur Facebook à titre personnel pour dénoncer les « massacres perpétrés » et demander à ce que les auteurs de ces massacres soient mis en prison.

Mais, comme Chérif Mahamat Zene est actuellement l’Ambassadeur Permanent du Président-Sultan Idriss Déby auprès de l’Union Africaine et Président du Comité des Représentants Permanents (COREP) de l’Union Africaine, son petit commentaire sur Facebook a déclenché l’ire des « intouchables » du régime pour « l’intimider, l’insulter et lui donner des leçons par rapport à son métier », selon ses propres propos.

Au pays du Général Idriss Déby Itno, les « intouchables » du régime se confondent à l’État tchadien et considèrent que les postes dans l’administration leurs appartiennent, et que leurs « employés » doivent se taire quelque soit l’outrecuidance de leurs proches.

Voici la mise au point de l’ambassadeur permanent du Tchad auprès de l’Union Africaine.

« Depuis quelques jours, je suivais parfois avec étonnement sur Facebook les commentaires suscités par un autre commentaire que je me suis permis de faire sur la publication d’un ami relativement à l’incident malheureux survenu à Ngueli.

Dans ce commentaire, je n’ai fait que dénoncer, à titre personnel, les massacres perpétrés, et demander à ce que les auteurs de ces massacres soient mis en prison et répondent de leurs actes odieux devant la justice, pour éviter que les proches des victimes se réservent le droit de se défendre eux-mêmes comme cela se pratique malheureusement dans certains milieux. J’assume entièrement ce que j’ai dit même si d’aucuns, s’assimilant à tort à l’État, ont crû devoir m’intimider, m’insulter et me donner des leçons par rapport à mon métier.

Je n’ai cité nulle part une communauté, ni un groupe, encore moins nommément une personne quelconque. J’ai parlé des individus «se croyant intouchables», et probablement c’est le terme qui aurait déclenché l’ire de ceux qui se reconnaissent dans cette catégorie, et me dénient le droit d’exprimer un point de vue personnel.

Par ailleurs, d’autres esprits malintentionnés se sont permis de poster sur leur site un montage grossier et éhonté, avec une photo à l’appui, m’attribuant des propos tenus dans une conversation téléphonique proférant des menaces et comparant certains groupes ethniques à d’autres pour faire leur différence, etc. Je tiens à apporter un démenti formel à ces allégations mensongères dénuées de tout fondement, et qui n’engagent que leurs auteurs. J’ai toujours exprimé mes points de vue sur Facebook sur divers sujets, et les assume entièrement. Mais je ne peux accepter que l’on me prête des propos que je n’ai tenus nulle part, en prenant prétexte d’un commentaire exagérément amplifié et dénaturé à dessein.

On m’a « gentiment » rappelé mon devoir de réserve en tant qu’Ambassadeur. Réserve par rapport à quoi et à qui ? Je suis tenu par une première obligation de réserve vis-à-vis du pays auprès duquel je suis accrédité. Sur ce point, je ne me reproche rien. La deuxième obligation de réserve à laquelle je suis assigné, est celle de défendre les positions officielles de mon Gouvernement même si je ne les partage pas. A ce que je sache, sur ce point également rien ne m’est reproché. Alors en quoi j’ai failli à une obligation de réserve quelconque ? La fonction que j’occupe ne m’enlève pas le droit d’exprimer un point de vue personnel sur ce qui se passe dans mon pays, et suis fier de remplir ma mission en âme et conscience en mettant les intérêts de mon pays au-dessus de tout autre considération. Alors, évitons les amalgames et situons chaque chose dans son contexte.

Tous les Tchadiens sont unanimes pour condamner les massacres perpétrés à Ngueli et réclament la justice pour les victimes. Alors, il n’y a aucune contradiction entre mon commentaire et cet état d’esprit, ni entre le premier et la position du Gouvernement. Merci ».

TchadConvergence

 

(3 commentaires)

1 ping

  1. Allah-Kauis Neneck

    No comments comme diraient les anglo-saxons! Voilà qui est clair et bien dit M. l’ambassadeur! Vous pouvez dormi tranquille sans rien vous reprocher! Il n’y a que les les coupables qui s’accusent eux-mêmes! Vous êtes d’abord un citoyen avant d’être nommé ambassadeur! C’est votre droit le plus absolument de dénoncer l’injustice, l’iniquité et la barbarie qui nous sont imposées depuis 26 ans! Par contre, ce qui m’étonne, c’est votre liberté, c’est pourquoi vous travaillez pour un régime qui bafoue les libertés et dénie les droits de ses propres populations?

  2. Djedouboum serge

    je me fis parfois que ce que nous vivons au tchad est une Fiction pourtant c’est la réalité.Dire que c’est mon pays,j’ai honte.Disait alpha blondi et je cite:<> ou encore:<>. C’est ou la démocratie qu’on nous crit tout le temps!!!

  3. Kakoum

    * le mot intouchable index clairement les proches de président donc c.est connu *

  1. La liberté d’expression encore bafouée au Tchad: quand le pouvoir cherche à faire taire même ses ambassadeurs: Actualité Tchadienne – tchadpages – ACTUALITE TCHAD

    […] Continuer à lire » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>